Alexandre Deschaumes – grand lac de Monetier – 2008

Nombreux sont les photographes qui ont réussi à imposer leurs empreintes dans l’univers de la photographie. Mais avez vous déjà été réellement admiratif devant le travail de l’un d’entre eux ?

Pour tout vous dire, ce fut mon cas concernant la beauté des images d’Alexandre Deschaumes. Celui-ci arrive à sublimer chaque paysage qui passe derrière son objectif.

Je vous propose dans cet article de découvrir son travail passionnant en quête d’inspiration.

Comment a-t-il été amené à se lancer dans la photographie ? 

Alexandre indique que cette envie de photographier lui est venu de façon progressive et naturelle. Comme pour beaucoup d’entre nous, il décida de se former par ses propres moyens en allant s’expérimenter sur le terrain.

Au fil du temps, il a développé un goût certain pour la nature et les paysages, ce qui l’a amené à être l’artiste rêveur et créatif qu’il est aujourd’hui.

Il précise notamment que, lorsqu’il a débuté, les tutoriels et les blogs de photo ( comme sur le super blog que vous êtes en train de lire :p ) n’étaient pas encore très en vogue.

Il avance également que, même si les conseils sont de plus en plus nombreux, il est important de ne pas tout suivre à la lettre car cela peut avoir tendance à uniformiser et par conséquent, à produire des clichés qui ressemblent trop à ce que l’on a l’habitude de voir.

Alexandre Deschaumes – Les larmes Ardentes d’un jour naissant – Torres Del Paine Patagonie 2012

Au bout de cinq ans d’exercices, il passe semi-professionnel. À cette occasion, il est amené à donner différents cours, notamment par le biais de stages ou bien de workshops. Ces ateliers s’articulent autour d’une thématique précise : la vision onirique et évocatrice de la nature.

Lors de ces formations, il essaye également de ne pas trop pousser les participants à faire la même chose que lui et leur apprend à se laisser de l’espace pour suivre leur propre chemin et développer leur propre style

Lors de plusieurs interviews, il a expliqué que, lorsqu’il a commencé la photographie, il se sentait un peu perdu dans sa vie de façon générale.

Il décida alors de partir avec son appareil photo errer dans la forêt et, c’est à ce moment-là, qu’il se mit à découvrir toutes les subtilités de la nature.

Alexandre Deschaumes : un lien indéfectible avec la nature 

Alexandre Deschaumes – Aiguille de Blaitière 2015

Lorsque l’on se spécialise dans la photographie de paysage, il est essentiel d’arriver à se plonger pleinement dans ce qui se trouve autour de nous. Le lien avec la nature est primordial et il permet d’apporter une toute autre dimension à ses clichés.

Par exemple, on retrouvera cette passion dans le choix du cadrage, des couleurs ou bien tout simplement des endroits qui seront immortalisés.

Alexandre Deschaumes a d’ailleurs mis en avant que la nature était « une source ultime qui permet le mieux l’inspiration créatrice et l’ornement de l’âme ». Ces quelques mots peuvent être un véritable vecteur de motivation pour les photographes débutants qui se cherchent encore.

Alexandre Deschaumes – Mountain Heart – Aiguille Poincenot – Patagonie 2015

En plus de l’aspect esthétique de la nature, il est important de souligner qu’il s’agit d’une expérience à part entière. Concrètement, se plonger seul dans ce genre de décor permet de mettre une certaine distance avec sa routine quotidienne, de se concentrer sur soi et par conséquent, de stimuler son esprit créatif.

Alexandre Deschaumes a également précisé, dans une interview donnée à PhotoTrend, qu’il était à la recherche de ses sensations intérieures dans chaque environnement qu’il découvrait.

Pour lui, le challenge est de donner une certaine poésie à ses clichés, voire même une évocation mystérieuse. Cela se remarque d’ailleurs dans son travail où il a tendance à privilégier les décors brumeux et les ambiances fantastiques.

Des inspirations dans la même lignée que son travail 

Comme tous les artistes, Alexandre Deschaumes avoue s’être laissé inspirer par le travail d’autres photographes. Dans la liste des noms qui reviennent le plus souvent, on retrouve Michael Anderson, Marc Adamus ou bien encore Art Wolfe. Selon lui, ces artistes ont tous un point commun : ils ne se limitent pas à simplement prendre la photo d’un endroit.

En effet, lorsque l’on y regarde de plus près, on constate que chacun d’entre eux, Alexandre Deschaumes y compris, prend un soin tout particulier à partir à la recherche de lumières ou d’ambiances bien particulières.

La prise en compte de ces éléments sera tout simplement primordiale pour avoir une photo à la fois belle et originale.

Alexandre Deschaumes – Awoken Despair – Cascade du rouget 2014

En effet, peu de personnes font ce travail de recherche en amont pour réussir à capturer le meilleur de l’endroit en question.

Alexandre Deschaumes ne se cache pas d’avoir fait un long travail d’observation et d’analyse des images des photographes que nous venons de citer.

Cela lui a permis d’identifier certains points essentiels comme, par exemple, le genre de filtre qui a été utilisé, le lieu qui a été choisi et les petits détails qui rendent le cliché véritablement unique.

Il précise également qu’il n’est pas seulement inspiré par des photographes qui s’imposent dans le même genre que lui, bien au contraire. 

« L’inspiration doit rester la chose primordiale, la beauté permet l’élévation de l’esprit, et donne à jamais l’envie d’atteindre les sphères éthérées ». 

Alexandre Deschaumes

Alexandre ne trouve pas seulement son inspiration chez d’autres photographes, mais bel et bien auprès d’un large panel d’artistes. Il met notamment en avant des noms célèbres de la littérature comme H.P. Lovecraft ou bien encore JRR Tolkien.

Un style photographique qui se démarque 

Alexandre Deschaumes – Patagonie 2014

Au-delà des décors qu’ils immortalisent, Alexandre Deschaumes se distingue par la personnalité qu’il met dans chacun de ses clichés. On constate immédiatement un remarquable travail de couleurs et de contrastes qui donne cette impression surréaliste à la photo.

Passant souvent du grand angle au téléobjectif, sa vision de la nature est intimiste et révélatrice d’une émotion bien particulière.

Le photographe s’est d’ailleurs confié à ce sujet et a expliqué que, pour lui, l’essentiel était l’atmosphère qui régnait dans ses différentes prises de vue.

Concrètement, son travail va commencer par la recherche d’une ambiance spécifique.

Cette recherche va alors lui permettre d’immortaliser des lieux sous un angle différent. Puis, il leur apporte sa touche personnelle grâce à sa maîtrise technique de la prise de vue à la retouche.

Il avoue être inexplicablement attiré par les atmosphères mélancoliques, voire dramatiques.

Alexandre Deschaumes – Dead Marshes – Patagonie 2011

Outre le choix du lieu en lui-même, il explique qu’il met également l’accent sur le climat et le moment de la journée. En effet, en fonction de ces critères, l’atmosphère dégagée ne sera pas la même.

Il en profite pour abolir une bonne fois pour toute le préjugé qui dit qu’une photo de nature réussie est une photo où il fait forcément beau. (Je vous en parle dans cet article en vous proposant de rechercher les ciels dramatiques 😉 )

Lorsqu’il trouve l’ambiance qu’il souhaite immortaliser, il met en exécution sa créativité en travaillant sur les contrastes et en utilisant des filtres dégradés. Il explique qu’il y aura également une étape de post-production à prendre en compte.

Néanmoins, il avance que cela ne concerne pas toutes ses images, bien au contraire. Pour cause, il a révélé dans une interview pour Pose Partage que seul un quart de ses clichés subissaient un traitement avancé via Photoshop.

Pour le reste, le fait de garder cet aspect naturel lui tient particulièrement à cœur. 

Alexandre Deschaumes : des connaissances techniques à ne pas négliger 

Même si le lien si particulier avec la nature qu’il peut avoir et la recherche des atmosphères sont des choses essentielles, il ne faut pas non plus laisser de côté la technique.

En effet, cette dernière l’accompagne au quotidien afin de pouvoir donner vie à ses idées. Alexandre a l’habitude d’utiliser des longues poses pour faire ressortir les mouvements de l’eau, des feuilles et des nuages.

Alexandre Deschaumes – Tourbières du Jura 2011

Au cours de ses différentes séances, il est amené à beaucoup se concentrer sur l’exposition de ses images avec souvent la mise en place de filtres assombrissant.

Tous ces détails sont importants afin de pouvoir mettre en place la pose la plus optimale possible au regard du résultat souhaité.

Il précise, par contre, que ces réglages se doivent d’être étudiés au cas par cas. Alors que certaines scènes s’adapteront parfaitement aux poses longues, ça ne sera pas le cas pour d’autres.

En résumé, le travail d’un photographe se doit de prendre en compte tout un tas d’aspects pour obtenir un résultat véritablement satisfaisant et conforme à ce que l’on a à l’esprit.

À noter qu’Alexandre Deschaumes précise qu’il est important d’avoir un matériel adapté pour débuter la photographie de paysage.

Ce dernier doit notamment être en mesure de résister à toutes les intempéries, en particulier si vous décidez de partir à l’assaut de climats difficiles.

Une envie de voir encore plus grand 

Sur son site internet, Alexandre Deschaumes a mis en avant une volonté de partir en expédition scientifique et de pouvoir la couvrir en tant que photographe. Il décrit notamment ce sentiment de découverte d’énergies cachées qu’il a été amené à vivre lors d’un séjour en Islande.

Cela lui a donné l’envie de voir plus loin et de se sentir prêt pour effectuer ce genre de reportage. Il précise également que cela serait une bonne opportunité d’inclure des personnes dans ses décors, ce qu’il n’a pas forcément l’habitude de faire. 

Alexandre-Deshaumes-photo de portrait
Alexandre-Deshaumes-photo de portrait

Pour en savoir plus sur le travail de l’artiste, il est notamment possible d’aller faire un petit tour sur son site internet ou de s’abonner à ses différents réseaux sociaux.

À noter qu’il a également collaboré à un film documentaire magnifique « La quête d’inspiration », réalisé par Mathieu Le Lay.

En parlant de chose magnifique, je vous recommande également son ouvrage qui porte le nom de «Voyage Éthéré» et où l’on voit défiler tout le talent de l’artiste, page après page.

J’espère que la présentation du travail de cet artiste vous aura été inspirante 🙂

Est-ce que vous aussi vous avez un photographe qui vous à particulièrement marqué et inspiré ?

Merci pour votre lecture et à bientôt les photographes en herbe 😉

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *