Photographier les étoiles et la Voie lactée est le rêve de chaque débutant en astrophotographie. Pour réussir à avoir de très belles images, il est important de prendre en compte certains points que nous allons voir ensemble dans cet article 🙂

Zoom sur la voie lactée

Avant de parler photo, voyons ce qu’est la Voie lactée. Pour faire simple, la Voie lactée est une grosse galaxie en forme de spirale (nous somme à l’intérieur donc nous avons une vue en ligne). Son diamètre peut atteindre 120 000 années lumières (oui…j’ai du mal à l’imaginer aussi). Il faut savoir que notre galaxie compte entre 200 et 400 milliards d’étoiles et de planètes, 300 000 espèces Aliens différentes et d’après Disney, 2 Jedi.

Depuis la terre, la Voie lactée peut être visible de nuit, et uniquement si vous êtes dans une zone sombre, loin de la pollution lumineuse. Dans ce cas, elle apparaîtra sous forme d’une bande lumineuse qui traverse le ciel. Voir la voie lactée à l’œil nu a vraiment quelque chose de magique 🙂

Dans la Voie lactée, on retrouve une zone particulière qui intéresse le plus les photographes :le bulbe de la Voie lactée. Elle s’agit tout simplement de la région qui contient le plus grand nombre d’étoiles (une zone sombre et tachetée).

Les conditions pour réussir sa photo

Pour réussir vos photos d’étoiles et de la Voie lactée, faites en sorte d’avoir une lune peu visible et un ciel bien dégagé. Évitez donc les photos de voie lactée pendant la pleine lune ou lorsqu’il y a trop de nuages (je parle en connaissance de cause…)

De plus, les étoiles sont nettement plus visibles à la campagne qu’en ville. La raison est simple : la pollution lumineuse. Je vous conseille donc de choisir un lieu situé à, au moins, 40 ou 50 km d’une forte source lumineuse.

Par ailleurs, vous devez prendre en considération le vent qui pourrait gâcher vos prises si votre trépied n’est pas bien stable.  

Préparez (un peu) votre sortie photo

Certes, la Voie lactée peut être visible une grande partie de l’année, mais il est préférable de privilégier la période entre Avril et Septembre en France.

Si vous avez la chance d’être sur l’hémisphère Sud, par exemple à l’île de La Réunion, vous pourrez en profiter un maximum.

Pour trouver le moment idéal, essayez de repérer les constellations du Scorpion et du Sagittaire sur l’horizon sud…

…Si vous ne savez pas de quoi je parle ou que le club Dorothée et les chevaliers du Zodiaques se sont matérialisés dans votre esprit, testez le logiciel Stellarium ou encore Cartes du Ciel, qui sont des outils très utiles pour les fans de l’astrophotographie.

Quant à la météo, vous devez multiplier vos sources d’informations pour obtenir des prévisions fiables. Pour cela, vous pouvez consulter le site meteociel ou meteofrance.

Le matériel adapté pour prendre une photo d’étoiles

Comme déjà précisé en-dessus, il est important d’avoir un trépied, et un appareil photo disposant du mode manuel. Plus votre capteur photo sera grand (full frame / APSC) et plus votre montée en ISO donnera de meilleurs résultats. Si vous souhaitez commencer l’astrophotographie, voici le matériel dont vous aurez besoin :

Les lecteurs ont aussi lu :  Le cadrage en photos de paysage et de nature

Un trépied

Pour faire une pose lente sans que l’appareil photo ne bouge de sa place, le trépied est un outil indispensable à avoir dans votre sac. II existe des modèles de trépied pour tous les budgets. Evitez les modèles trop bas de gamme qui peuvent être instables rapidement.

Un objectif

Je pense honnêtement qu’il possible d’utiliser n’importe quel objectif pour immortaliser les étoiles. Même votre objectif de kit pourra faire l’affaire, mais pour être sûr d’avoir un excellent résultat, l’idéal est d’opter pour un objectif grand angle et lumineux comme par exemple le Samyang 14mm f/2.8.

Vérifiez souvent l’état de la lentille et pour éviter la condensation, n’oubliez pas de replacer le capuchon d’objectif quand vous ne photographiez pas. Pensez à ramener de quoi essuyer votre matériel.

Le déclencheur ou la télécommande

Votre appareil doit absolument être stable quand vous appuierez sur le déclencheur, puisque cette action peut transmettre des vibrations qui pourront être ressenties sur les images.

Pour éviter les secousses de boitier au moment du déclenchement, je vous conseille d’utiliser un retardateur de 2 ou 10 secondes, ou tout simplement une télécommande pour contrôler le boîtier.

Une lampe frontale

Dans le noir complet, pas toujours facile de réussir à manipuler son appareil ! C’est pour cette raison qu’il est important d’avoir une lampe frontale pour savoir où nous mettons les pieds et où nous plaçons le trépied, et surtout éviter les chutes.

Pensez à faire le plein de batteries

La aussi c’est du vécu… assurez-vous d’avoir des batteries (oui, DES batteries) bien chargées, puisque l’appareil sera en mode Liveview et les températures seront assez basses. Ne partez pas avec une seule batterie au risque d’être vite à cours… En effet les multiples poses longues consomment beaucoup d’énergie et on se retrouve très vite en panne sèche.

N’hésitez pas à demander à un ami de vous accompagner, ça peut aider pour les compositions…

Les réglages pour photographier les étoiles et la Voie Lactée

C’est super tout ça mais… je dois faire quoi avec mon appareil photo ?

1) choisir le mode manuel

Tout d’abord, mettez vous en mode manuel (M) afin d’avoir un contrôle total des réglages de l’appareil photo. En effet, avant de réussir ses clichés, nous devons passer par une série de tests que je vous dévoile un peu plus loin.

2) faire la mise au point manuellement aussi

Avec la mise au point automatique, il est difficile pour l’appareil photo de trouver un point d’appui à sa mise au point. Il est préférable de sélectionner la mise au point manuelle. Celle ci doit être faite sur une étoile lumineuse (n’hésitez pas à zoomer). Une fois l’étoile bien nette, verrouillez la mise au point et c’est bon ! Si vous ne voyez rien, tournez votre bague de mise au point sur le repère de “l’infini”

3) Choisir une grande ouverture

L’ouverture du diaphragme vous permet de faire rentrer plus ou moins de lumière. Pour photographier les étoiles et la Voie Lactée, il faut faire entrer le maximum de lumière possible dans votre appareil. Mine de rien, ces petites boules de gaz (comme dirait Pumba) se trouvent à plusieurs milliers de km de nous ! Ouvrez donc votre diaphragme en réglant l’ouverture sur la valeur la plus petite possible (f/2.8 par exemple).

Les lecteurs ont aussi lu :  Photographie de paysage : les 6 erreurs à ne plus commettre

4) La sensibilité ISO

Que pouvons nous faire ensuite pour aller chercher encore plus de lumière ? Et bien on va augmenter la sensibilité du capteur (les ISO). N’ayez pas peur d’augmenter plus que d’habitude vos ISO en allant chercher des valeurs au dessus des 3600 ISO. Vous ajusterez par la suite en fonction du temps de pose.

5) Le temps de pose

Un temps de pose long permettra de faire entrer plus de lumière dans l’appareil (et c’est ce que l’on veut)…..Mais il y a un piège.

En effet, selon certains scientifiques la Terre tournerait sur elle même ! Et d’après mes essais photographiques de nuit, il semble que cela soit vrai !! Conséquence directe : un temps de pose trop long entraîne des filets d’étoiles et du flou sur vos images.

L’astuce est donc de choisir un temps de pose moyen comme 20 secondes, puis de vérifier son image :

  1. Si la photo est nette, c’est parfait !
  2. Si la photo est floue, on test un temps de pose plus rapide ( 15s, 14s, 12s…)

Ajustez ensuite l’exposition en modifiant la valeur ISO.

Comment faire sur le terrain ?

Vous avez repéré l’endroit idéal pour prendre de belles images ? Vous avez le matériel nécessaire pour obtenir la photo que vous avez tant attendu ? Il est temps de passer à la pratique !

  1. Installez votre appareil photo sur le trépied
  2. Faites la mise au point manuelle en vous aidant du mode « Live View » en zoomant sur une étoile bien brillante (ou bloquez là sur l’infini) . Verrouillez la mise au point.
  3. Passer en mode manuel pour commencer les réglages
  4. Mettre une grande ouverture comme f/2.8
  5. Ne pas hésitez à mettre les ISO sur une valeur + 3600 ISO
  6. Choisir une vitesse lente de 20/25 secondes
  7. On prend la photo, on vérifie les points cités plus haut
  8. On recommence en diminuant le temps de pose si nécessaire 🙂

Les contraintes et comment les surmonter

Comme en photographie tout ne se passe pas toujours comme prévu,voici une petite liste des problèmes que vous pourriez rencontrer suivie des solutions à appliquer :

Une photo sous exposée ou trop bruitée

Pour éviter ce problème, vous devez tout simplement augmenter ou baisser la valeur ISO. Car comme je vous l’explique plus haut, le temps de pose détermine la netteté de votre image (une fois définie, on y touche plus) et l’ouverture doit être la plus grande possible. Si la retouche ne vous fait pas peur, des techniques consistes à faire plusieurs prises de vues qui seront empilées sur un logiciel d’édition d’images pour diminuer le bruit numérique.

Des photos d’une couleur trop chaude

La pollution lumineuse peut donner une couleur orangée ou jaune à vos images. Essayez de privilégier un ciel pur, éloigné des grandes villes. Le choix du lieu est très important pour réussir vos photos de voie lactée. Si vous shootez en Jpg, vérifiez également la balance des blancs sur votre boitier.

Les lecteurs ont aussi lu :  Comprendre la vitesse d'obturation ou le temps de pose
A vous de gérer votre balance des blancs pour avoir le rendu désiré

Quelques conseils pour finir

Maintenant que vous avez bien assimiler les bases pour faire de belles photos de la voie lactée, voici quelques conseils qui peuvent vous être utile:

Opter pour le format RAW

Pour préserver chaque détail de la scène, rien de mieux que de travailler avec le format RAW, même s’il occupe plus d’espace. Celui-ci permet d’avoir une photo non compressée, alors que le format JPEG réduit et limite les capacités à traiter l’image par la suite.

…et essayez la retouche photo

Pour réellement sublimer vos images, vous devez passer par la case édition. Certes, certains photographes sont contre cette idée, mais cela s’avère (parfois) indispensable. Je travaille avec Lightroom et Photoshop qui sont, vous le savez surement, d’excellents logiciels de traitement photos et de retouche numérique.

Grâce à eux vous pourrez simplement : ajuster l’exposition, faire du blending, améliorer le rendu des couleurs, réduire le bruit numérique, ajuster le cadrage etc…

Soigner la composition de l’image

La composition de l’image est un point très important à prendre en compte. Vous n’êtes donc pas obligé de seulement faire apparaître la Voie lactée. Vous pouvez ajouter à la composition un objet, une montagne, un arbre, ou un autre élément qui vous plait…genre un sac à dos 😉 Faites-vous plaisir !

Sur cette photo, j’ai fais venir une source lumineuse (ma lampe) de la droite du sac

Sans la lune et loin de la ville

Pour un résultat optimal, rien de tel qu’un ciel complètement noir ! Alors évitez les sorties astro lors d’une pleine lune 🙂

De plus, il est conseillé de chercher des lieux élevés et éloignés des villes, pour avoir une prise sans pollution lumineuse, et donc multiplier vos chances d’avoir un excellent résultat.

Attendre les étoiles filantes

Pour avoir une très belle image, rien de mieux que de prendre un cliché avec des étoiles filantes et la Voie lactée. Pour cela, vous devez simplement être patient et faire beaucoup de photos…sauf si vous êtes du genre chanceux… mais ce n’est pas trop mon cas 🙂

Ne perdez pas vos clés de voiture

Bon, en dernier conseil, faites gaffe à vos clés si vous ne voulez pas, comme moi, vous retrouver perdu à 1h du matin au beau milieu de la nuit ! J’aime l’aventure mais j’aime aussi la voiture. Donc pensez à bien les ranger (ce conseil vaut pour tout votre matériel photo également).

A vous de jouer maintenant et dites moi en commentaire si vous avez déjà réussi à prendre en photo cette magnifique voie lactée. A vous les belles photos d’étoiles, vers l’infini et au delà !

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  

2 Réponses pour “Comment photographier la Voie lactée ?”

  1. Génial l’article ! Cela fait trois jours que je sors chaque soir pour photographier le ciel étoilé et bien je vois que tout ce que l’on m’a appris est exact car ce que vous expliquez reflète exactement ce que je pratique ! Merci pour ce partage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *