Pour certains, se balader dans la nature est une simple activité pour dégourdir les jambes, pour respirer de l’air frais ou pour tout simplement changer ses habitudes en admirant la nature… Mais en admirant assez longtemps un paysage, on ne peut se passer de vouloir immortaliser le moment et d’apprendre les techniques photographiques pour obtenir de belles photos de nature à mettre dans un cadre, au mur dans le salon ou à partager à nos amis 🙂

Prendre en photo les feuilles d’un arbre, un joli coucher de soleil, un nid d’abeille perché sur un arbre ou un lac dans toute sa splendeur vous intéresse ? Pourtant, vous ne savez pas par où commencer et quel matériel photo choisir ? En tant que photographe en herbe, il n’est pas toujours facile de se retrouver parmi les nombreux modèles d’appareils photo disponibles sur le marché. Comment alors choisir son matériel photo de paysage ? Cet article vous présente un guide complet pour vous aider à choisir votre matériel photo. 

L’importance des photos de nature dans la pratique photographique

Avant toute chose, mettons le cap sur l’importance des photos de nature dans la photographie. La plupart du temps, les photographes sont souvent amenés à photographier des personnages, des animaux, des maisons et des objets spécifiques où le but est de les mettre en valeur. On est alors contraint de suivre des consignes strictes et des balises diverses. Cette idée de prise de photo représente la règle de base de la photographie… seulement, nombreux sont les photographes qui optent plutôt pour les prises de photos de paysage. Mais pourquoi donc ?

En effet, par rapport aux photos classiques, les photos de paysage sont prises sur la base de sujet libre où le photographe est libre de choisir ses angles de vues et les différentes caractéristiques de la photo sans forcément se focaliser sur un point précis du paysage. Un photographe débutant peut donc concevoir et interpréter un paysage donné selon ses ambitions artistiques et sa créativité sans devoir suivre des briefings et des conditions contraignantes.

Dans les photos de paysage, la nature est mise en gros plan dans toute sa splendeur pour évoquer des images intemporelles avec une architecture complètement libre… Toutefois, il n’est pas toujours facile de savoir prendre une bonne photo de nature. Pour commencer, sachez qu’une photo de paysage réussi peut dépendre de nombreux facteurs avec un fond pouvant changer d’aspect en quelques secondes par le vent, l’arrivée de la pluie, la grêle, les reflets du soleil… Pour arriver à prendre d’excellentes photos au bon moment en tenant en compte ces différents facteurs, on doit débuter par choisir un matériel photo adéquat. 

Un smartphone, çà suffit ?

Certaines personnes peuvent penser qu’investir dans du matériel photo spécifique est inutile et qu’on peut seulement se contenter de prendre des photos avec son smartphone. Il est vrai qu’on peut réellement prendre des photos avec son smartphone ou sa tablette, mais pour obtenir des photos de paysage réussi, l’investissement dans le matériel est plus qu’une nécessité. En effet, à la différence des appareils photos, les smartphones disposent d’un tout petit capteur et ils ne permettent pas la même souplesse créative qu’un véritable reflex par exemple. La différence se fera aussi beaucoup sentir lorsque la lumière vient à manquer.

L’achat de son matériel photo pour débuter dans la photographie de paysage

Le choix du matériel photo est une étape importante, surtout si l’on souhaite obtenir des photos de paysage de bonne qualité. Et même si l’on dispose déjà d’un équipement adéquat, on peut toujours être amené à le compléter, voire le renouveler sans perdre de temps en se basant sur des fonctions inutiles pour un investissement sûr. 

Le choix des objectifs

Les objectifs occupent une place importante dans la photographie. En effet, ses lentilles assurent l’enregistrement de la lumière par l’appareil pour l’obtention d’une image. De ce fait, pour le choix de votre matériel photo, les objectifs sont donc le premier élément que vous devez absolument tenir en compte. Sachez que les 2/3 de l’investissement doivent leurs être consacrés.

Les lecteurs ont aussi lu :  Comment débuter la macrophotographie (et à petit prix)

En tant que photographe en herbe, optez pour des objectifs grands-angles avec une vue élargie à la place des objectifs grossissants avec des longues focales. L’idéal serait de choisir un grand-angle allant de 16 à 35 mm qui équivaut à un format 24 * 36. Plus ce chiffre est petit, mieux le champ visé sera large. 

Pour le choix des objectifs en général, privilégiez les modèles :

  • À grande ouverture avec un indice (f/2,8) pour une meilleure qualité optique
  • Avec un pare-soleil si possible éviter pour le vignetage
  • Avec possibilité de mettre des filtres (important en paysage)

Le choix de la focale

La focale ou le type d’objectif est un choix décisif pour la détermination de l’amplitude du cadrage. Les appareils reflex sont moins contraignants et permettent le choix de l’objectif qu’on souhaite utiliser. Les compacts et les bridges quant à eux ne disposent que d’une focale unique qui est montée à demeure. Pour résoudre ce problème, on a conçu un nouveau prototype de matériel photo : les hybrides. Les hybrides présentent un système d’objectifs interchangeables, mais toutefois moins riches que celui présenté par les appareils reflex.

Focale très courte, courte, standard ou longue, comment faire son choix pour obtenir une photographie excellente en tant que photographe débutant ? 

·       Les focales très courtes (fish-eye)

Les focales très courtes sont utiles dans la photographie de paysage en permettant de voir sur un champ de vision large et en compensant le manque de recul dans certains cas. Toutefois, cette capacité peut s’accompagner de légers défauts optiques comme la distorsion des lignes horizontales. Dans les situations les plus extrêmes, avec un grand-angle, une focale très courte comprime une vision large dans une image sphérique où les lignes droites sont très courbées.

Après correction de ces défauts, notamment avec des lentilles asphériques de 14 mm en numérique APS-C, l’objectif peut perdre son statut de fish-eye pour basculer vers un modèle grand-angle. Cette optique permet un champ couvert important, des premiers plans assez proches tout en procurant des rendus clairs. Ces rendus sont vastes et peuvent former de grands panoramas sur la base d’une longue perspective. 

Ce type de focale convient aussi à photographier des lacs avec des reflets et des étendues dénudées comme les déserts, les tourbières et les landes. On peut aussi très bien tester un matériel photo à focale très courte sur une position au ras du sol.

·       Les focales courtes (grands-angles)

Les focales courtes ou grands-angles se définissent par des modèles de 14 à 24 mm en APS-C, soit 20 à 35 mm en 24 * 36. Elles sont aussi très utilisées dans la photographie de paysage, surtout le 18 mm (28 mm en 24 * 36). Elles offrent un champ de vision large avec un côté naturel et une grande qualité optique. Par rapport aux focales très courtes, leurs aberrations sont moins perceptibles. 

Souvent fournies comme premier équipement photo, les focales courtes sont très polyvalentes et rarement proposées en focale fixe. En effet, la plupart des focales courtes sont davantage en zoom. Sur le terrain, elles permettent d’éviter le port de nombreux objectifs dans sa sacoche. Même si les différences sur le papier ne sont pas importantes, sachez que les rendus obtenus avec un APS-C 16 mm diffèrent de ceux obtenus avec un APS-C 18 mm ou 24 mm.

On distingue les zooms à ouverture maximale variables et à ouverture maximale constante. Les zooms à ouverture maximale constante s’achètent plus cher, mais permettent d’offrir une bien meilleure qualité optique en pleine nature et donc plus de luminosité. Cette valeur maximale constante est représentée derrière le signe f/, comme f/2,8 par exemple. Les zooms à ouverture variable sont moins chers et sont plus courants. Ils sont souvent définis 2 chiffres successifs, placés derrière le signe f/ comme f/3,5-5,6. Le premier chiffre indique l’ouverture maximale de la position la plus courte de la focale du zoom (ici f/3,5 équivaut à 16 mm). Le second chiffre quant à lui représente l’ouverture maximale de la plus longue focale (ici f/5,6 équivaut à 85 mm). Ce type de zoom convient surtout à des ouvertures moyennes, dans les extrêmes, la qualité des rendus qu’il procure peut en prendre un coup. Aussi, dans un endroit plus ou moins sombre, il procure une faible luminosité des photos de nature

Les grands-angles ou les focales courtes sont actuellement utilisés par de nombreux photographes en herbe de tout genre. Les images qu’on obtient de ces focales constituent les normes standards de la photographie de paysage. Les appareils avec ce genre de focale conviennent donc très bien pour apprendre les bases des photos de paysage

Les lecteurs ont aussi lu :  Une histoire d'appareils photo

·       Les focales standards

Les focales standards sont trop grandes pour être qualifiés de focales courtes et sont trop petites pour être qualifiées de focales longues. Elles définissent donc un parfait compromis entre ces deux types de focales. Elles se caractérisent par un diamètre APS-C entre 24 et 45 mm. Dans le domaine de la photographie de paysage, elles n’élargissent ni se réduisent la taille du champ visuel réel. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’on les appelle « focales standards ». 

Les focales standards permettent un cadrage photo similaire à ce qu’on voit à l’oeil nu. Leur vision ne peut donc que se rapprocher le plus possible d’une vision réelle. Ce rapprochement est surtout basé par rapport aux distances de perception, car en termes de champ de vision, ces focales sont assez étriquées en imposant des limites de la vision réelle. 

Les focales standards ou moyennes sont donc pertinentes s’il s’agit d’isoler une portion de paysage sans effet grossissant ou rétrécissant. De plus, elles sont disponibles à petit prix sur le marché des matériels photo pas cher.

·       Les focales longues (téléobjectifs)

À partir d’un APS-C 55 mm soit 88 mm en 24 * 36, on parle de focale longue ou téléobjectif dont la principale mission est de se rapprocher le plus possible d’objet ou d’un paysage lointain pour avoir un effet grossissant. Par rapport aux autres types de focales, avec une focale longue, on obtient un champ couvert plus réduit. 

Si un APS-C 80 mm 24 * 36 est utile pour photographier des portraits ou un troupeau de lion à plus d’une centaine de mètres, dans la photographie de paysage en général, ce genre de matériel n’est pas réellement indispensable. Au lieu de vouloir acheter un matériel photo à focale longue, optez plutôt pour un modèle à zooms. Les meilleurs zooms peuvent en effet couvrir des focales de 70 à 200 mm. 

Le boîtier

De préférence, choisissez un boîtier reflex pour pouvoir change facilement d’objectif et viser plus clairement selon ses angles de vue. En effet, le boîtier reflex offre une précision optique très intéressante sans interférence électronique, une bonne luminosité et un contrôle précis de mise au point. Le seul hic est qu’il ne montre pas un format de photographie à 100 %, mais à 95, voire à 90 %. De ce fait, pour apprendre à photographier des images en pleine nature avec ce type de boîtier, vous devez vous baser sur un cadrage qui s’agrandira sur la photo qui sera prise. Vous pouvez aussi vous tourner vers les boîtiers hybrides avec des objectifs interchangeables et sans visée optique. 

Les formats du capteur photo

En photo argentique, on distingue divers formats de pellicules dont le plus courant est le format 24 * 36 cm. Ce format signifie que la pellicule du matériel photo mesure 2,4 cm de haut et 3,6 cm de large. Les formats moyens les plus utilisés sont : 4,5 * 6 cm, 6 * 6 cm, 6 * 7 cm et 6 * 9 cm. Après les formats moyens, on passe tout de suite aux grands formats. Les grands formats remplacent les pellicules en rouleaux avec des plans-films individuels pour faire sortir des types de cartes postales en photo. A priori, plus un matériel utilise un format plus grand, plus il est encombrant et cher, mais plus les détails sur la photo seront riches et bien distingués. 

Actuellement, avec la technologie numérique, les pellicules ont été remplacées par des capteurs électroniques qui peuvent présenter des différentes tailles selon les modèles. Ces tailles se mesurent en pixels. Plus un matériel photo possède un nombre de pixels importants, plus il pourra vous procurer un rendu photographique d’une grande finesse. Les grands capteurs numériques se reconnaissent surtout sur des photos prises en basse lumière, tandis qu’en plein jour, ils présentent des rendus similaires aux petits capteurs avec des différences moins perceptibles (excepté sur la profondeur de champ)

Les critères à prendre en compte

La première règle veut que pour réussir à prendre des photos de nature d’une excellente qualité, vous deviez acheter un matériel photo avec lequel vous êtes à l’aise pour mieux l’utiliser. Fixez-vous un montant maximal à ne pas dépasser pour vos achats tout en étant réaliste sur les prix proposés sur le marché de la photographie. Pour ce faire, il est indispensable de fréquenter les magasins spécialisés en la matière, de consulter des sites de vente et de lire les divers articles écrits par la presse photo. En lorgnant les vitrines des matériels d’occasion, vous pourriez mieux vous familiariser avec les différents niveaux de prix des matériels photo pour paysage

Prenez le temps de recueillir les informations essentielles avec de vouloir acheter tel ou tel matériel pour être sûr d’avoir le matériel adéquat. Concernant les matériels d’occasion, évitez les achats par correspondance. Vous devez les voir, les manipuler en personne avant tout. Il serait aussi avantageux pour soi de bénéficier d’une garantie magasin d’au moins 3 mois. 

Les lecteurs ont aussi lu :  Le matériel pour bien démarrer la photographie de paysage

Se référer au prix proposé

Le prix des objectifs varie selon l’ouverture maximale qu’elle propose. La valeur de cette ouverture correspond au chiffre qui précède « f/ ». A priori, plus ce chiffre est petit, plus l’ouverture est grande et permettra de faire passer plus de lumière jusqu’à l’appareil pour vous aider à bien exposer votre image. Un objectif à grande ouverture est intéressant si l’on se réfère à la qualité optique qu’il présente. En effet, il permet d’obtenir une visée plus nette et confortable une fois montée sur le boîtier. L’ouverture joue également sur la profondeur de champ et permet plus de choix créatif.

Opter pour un matériel solide et bien résistant

En pleine nature, vous pourriez être exposé aux conditions climatiques extrêmes en fonction du lieu et des saisons. Vent, froid, neige ou encore pluie, la nature peut changer à tout instant. À cet effet, il est plus qu’indispensable de choisir un matériel photo solide et bien résistant tant à la poussière qu’à l’humidité pour vous permettre de photographier des détails des plus minutieux aux plus imposants. 

Certains boîtiers contiennent des joints d’étanchéité pour protéger l’appareil de l’humidité et des poussières. De ce fait, avant d’acheter votre matériel, pensez à tenir en compte de ce détail important.

Objectif à focale fixe ou zoom ?

D’une façon générale, un objectif à focale fixe est de meilleure qualité par rapport aux zooms étant donné qu’il offre une formule optique moins complexe et donc plus peaufinée. De plus, il est aussi disponible à un prix moins cher avec des images superbes. Néanmoins, en pratique, un zoom est plus pratique et plus malin pour vous permettre d’obtenir différents cadrages de votre image sans avoir à bouger.

Les boîtiers sont quant à eux bourrés d’électronique, ce sont surtout leurs performances et leurs fiabilités qui comptent le plus. Pour une photo de paysage réussi, un autofocus hautement perfectionné n’est pas vraiment indispensable. En revanche, il faut tenir en compte de l’analyse des projections lumineuses et de la cellule. A priori, plus un boîtier est moderne, plus il procure une analyse de haute qualité et bonne gestion de la montée des ISOs.

Qualité et nombre de collimateurs sur boîtier

Apprendre à choisir son matériel photo, c’est surtout connaître les petits détails qui font toute la différence. Et en parlant de détails, les collimateurs en font intégralement partie. Les collimateurs définissent les petits carrés qu’on observe à travers le viseur du reflex de l’appareil. Alors, pourquoi ce genre de détail est-il réellement important ?

En réalité, les collimateurs ont été conçus pour permettre au photographe en herbe la réalisation d’une mise au point exacte et correcte. De ce fait, plus le nombre de collimateurs est élevé, plus vous pourriez mieux accrocher votre sujet selon vos mises au point personnelles. Ce nombre peut varier en fonction du boîtier de l’appareil et peut aller de 10 à plus d’une soixantaine. Cette fonction est une aide à la mise au point automatique uniquement.

Le mode rafale

Pour pouvoir bien photographier une image en déplacement en pleine nature comme un animal qui bouge, il serait préférable d’opter pour un matériel photo en mode rafale. En effet, cette optique permet une prise de photos de nature à la fois rapide et de bonnes qualités.

En bref, il n’est pas toujours simple de savoir choisir le bon matériel photo à acheter pour photographier des paysages en pleine nature. En principe, choisissez un modèle qui vous plait pour être à l’aise en l’utilisant. Au lieu de prêter une grande importance à la marque, focalisez-vous plutôt sur les options et les fonctionnalités que peut offrir l’appareil. 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *